Hannibal Squadron

AIRSOFT TEAM


    PRESENTATION

    Partagez
    avatar
    kekedj

    Nombre de messages : 1981
    Age : 40
    Localisation : abbeville
    Date d'inscription : 11/12/2006

    PRESENTATION

    Message  kekedj le Lun 25 Avr - 18:19

    slt
    ici il serait interessant de faire une fiche personnage peut etre avec un nom bien americain
    @+
    jerome

    je fais la maj des background de tout le monde

    TAL L HOMME SANS NOM

    Dans l'ouest les marshalls qui me croisent et me disent :

    A la triple question:
    Qui es tu ?
    D'où viens tu ?
    et où vas tu ?

    je réponds inlassablement je suis moi, je viens de chez moi, et j'y retourne ... l'ouest pour moi, un moyen de fuir de vieux démons... je suis un homme sans nom, un homme à ne pas croiser avec un colt a la main.

    Originaire d'Italie je suis arrivé dans l'ouest avec les colons venues de Toscan, depuis combien de temps depuis toujours en tout cas, les souvenirs me manquent sur ces terres hostiles, trop de soleil peut être?.

    A la suite de recontres plus ou moins fructueuses, j'ai fait ma place dans ce monde de coyotes, je suis un adepte des tables de poker, et de ma grappa que j'ai toujours dans ma flasque en metal gravé.

    La première rencontre douleureuse se passa lors d'une fusillade entre gars de l'union et confédéré, alors que j'étais sur la piste d'un de ces chercheurs d'or,( avec cette fièvre grandissante dans l'ouest il y avait toujours moyen de se faire rapidement quelques dollars ^^), je pris une balle dans l'avant bras droit à ce moment la, qui me laissa sur le sol, sous le feu des gatlings... alors que je rampais pour me tirer de cet enfer, un homme grand et mince avec un uniforme de confédéré me tira par le bras pour me mettre à l'abri dans qui semblait être une caisse en bois. cet homme devriendra par la suite un compagnon fidèle dans les quelques affaires louche de l'ouest, après avoir lui déserté ses amis confédérés.

    Dans l'ouest c'est l'occasion qui fait le coyote.

    Alors que sur la place du village on pendait un de ces chacals pour assassinat,( eh ouai il valait mieux avoir un bon duel pour buter un gringo), j'essayais de détacher les brides d'un mustang pur sang marqué aux fers avec les symboles du shériff du village. Malheureusement pour moi il venait deja de changer de proprio... un homme se tenait devant moi avec un bon vieux coach gun qu'il pointait dans ma direction, vu ma position l'homme m'aurait deja exploser la tête avant que je ne parvienne à atteindre mon SAA... après quelques minutes passer et au lieu d'avoir se bon vieux son de cartouche détonante, l'homme se mis à rire et m'invita dans le vieux saloon du coin.
    A la suite de mes deux rencontres je décida de partir vers le mexique pour suivre la trace d'un des trésors de la guerre de secession, qui me mènera jusqu'a la ville de "sliver city"


    L'homme sans nom...

    HEDIK LE DESERTEUR

    Ce sang , ce bruit , ces corps tout cela me forge , avec mes compagnons d'infortune , nous gagnons du terrain un jour et en perdons le second , mon uniforme ne ressemble plus à rien , troué de partout et cette faim qui me tiraille l'estomac encore plus qu'une rafale de gatling , mais qu'est ce que je fais ici , cette guerre devait me permettre de garder mes terres et mes esclaves et aujourd’hui je suis en guenille sans terre reprise par ces nordistes , mes esclaves sont, j'en suis sur, en face , possible même que ce soit eux qui me tire dessus , mon dieu il faut que ca s'arrête je sais bien que si je suis pris, vu mes antécédent d'esclavagiste je serais pendu sans même un semblant de procés , partir déserter c'est ce qu'il y a de mieux à faire je pense.

    Ma décision est prise demain je fuirais les combats au moment ou sonnera surement la retraite, après tout, nous le savons en face ces nordiste on reçus des renforts , des canons et des munitions , je profiterais de cette débandade pour fuir cet endroit , changer de vie et d'identité il parait que l'on peut faire fortune dans l'ouest si on sait se débrouiller avec ses mains , ses cartes et son colt.
    C'est le jour J. Aller un dernier effort on charge, je ne court pas vers la mort aujourd’hui et me laisse plutôt distancer par mes camarades , ce que je redoutais se produit , ces chiens de nordistes on bien préparé le terrain, 6 canons et une dizaine de gatling , ce sang......ces cris et c’est le moment la retraite , je cours comme je n'ai encore jamais couru, le bruits des canons , mon dieu quel ravage dans nos rang font ces boulets quand ils touchent le sol…

    C'est le moment j'avais repéré un endroit ou je pourrais me cacher et me protéger en attendant que ça se calme , je l'atteins non sans mal et je me cache , le soleil est brulant , ma gourde m'aidera à tenir , je tiens mon arme prète à tirer sur les deux camps pour reprendre ma liberté.

    Un bruit sourd ...... le bruit bien connu d'un corps qui tombe doucement je lève la tête mon arme prète à faire feu ............ je n'en crois pas mes yeux mais qu'est ce qu'il fait la lui? un civil nom de dieu si je le laisse là il va crever sous le feu nourri des gatling mais si je bouge je risque de me faire repérer aussi , et merde je ne sais pas ce qui m’a pris mais je tire ce gars jusqu’à ma cachette , il est blessé à l'épaule apparemment la balle a traversé mais je ne suis pas médecin , je le cache dans cette caisse de bois qui ressemble à un cercueil maintenant qu'il est dedans , j'attendrais la nuit pour m'enfuir.

    C'est la nuit mon compagnon est mal en point il y a un risque d'infection et nous le savons tout les deux, dans la bataille des chevaux se sont dispersés, je suis allez en chercher un , je met cette homme blessé sur le cheval et nous quittons cette endroit , je connais une ferme à quelques lieux nous y serons avant le levé du soleil si nous ne rencontrons personnes sur le chemin.

    Nous sommes arrivés sans encombre à la ferme , l'homme est un italien , il est plutôt costaux et se remet bien de sa blessure , il m'explique qu'il allait chercher de l'or et me propose de l'accompagner, après tout il m'en doit une me dit il , "ma dette sera payée si à mon tour je te sauve la vie" ..........pourquoi pas ces paroles me réconforte si on me reconnait je suis mort et un colt de plus peut changer la donne parfois.

    3 ans c'est le temps qu'il a fallu pour qu'il paye sa dette , de mon uniforme il ne me reste que mon chapeau et je reste fidèle à mes idées seulement quand quelqu'un se pose des questions sur votre identité , il est plus facile de reconnaitre un déserteur qui a garde son chapeaux qu'un cowboy poussiéreux , le commandant de mon bataillon étais lui aussi dans ce saloon ou moi et mon compagnon avions décidé de nous arrêter pour boire un verre , jouer aux cartes et voir les filles , merde ce salaud qui nous envoyer nous faire descendre était encore en vie , je ne l'ai pas vus tout de suite trop occupé à rouler les autres cowboy autour de la table de poker qui ne savaient pas que moi et mon compagnon assis en face jouions ensembles et avions nos codes , ce salaud me reconnu grâce au reflet du miroir derrière mon compagnon , il dégaina et voulus me tirer dans le dos , mon compagnon fut le plus rapide , la balle siffla à mes oreilles et alla se plonger dans la poitrine de ce salaud , juste le temps de me lever et de dégainer mon colt et déjà trois autres types nous tiraient dessus , assez bon tireur nous en fîmes notre affaire .
    Il est temps de quitter cette ville le sherif a du être appelé et mon passé risque de resurgir après une longue chevauchée on c'est arrêté pour bivouaquer autour d'un bon feu.

    la mon compagnon m'annonce qu'il aimerait se diriger vers le Mexique , personnellement cette idée ne me rejouit pas , j'ai plutôt en tête de voir si cette fille de Louisiane pour qui j'avais un faible est encore la bas si oui j'aimerais l'épouser , mon compagnon ayant payé sa dette nous nous sommes séparés non sans émoi car nous avions partagé tant de chose en si peu de temps.

    La Louisiane.............j'arrive dans cette petite ville que j'ai bien connus mes terres n'étaient pas si loin juste une journée de cheval en fait ...........ne serait ce pas une erreur que de revenir ici?

    La maison de la fille n'est plus très loin et mon coeur se met à battre , j'ai acheté des vêtements plus présentables pour l'occasion , je tire la chevillette pour prévenir de ma présence sous le porche , un homme m'ouvre la porte , je demande si mlle smissie vie encore la , l'homme me regarde et je vois son visage changer , et fondre en larme .................. saloperie de scarlatine elle l'emportait un an auparavant.

    je suis si près de ce qui fut mon chez moi mais plus rien ici ne me retient , je n'ai plus personne hors mis le compagnon que je venais de quitter quelques semaines auparavant , il m'as dit qu'il irait au Mexique et bien c'est donc la direction que je vais prendre et qui sait peut être un jour pourrais je le retrouver dans un bordel ou autour d'une table des cartes en mains

    LITTLE FINGER KEKEDJ

    Issu d une famille de migrants du vieux continent
    Je suis dans l'Ouest depuis toujours
    ma vie se rapporte assez bien à ces paroles de chanson:
    "Tous les métiers je les ai fait je crois, j'en ai gardé un peu de muscle aux bras"..."Toute ma vie je resterais je crois, un vagabond, qui passe et chante, et qu'il vaut mieux ne jamais rencontrer"...
    de l'orpaillage en passant par les troupeaux ou le gardiennage ou la traque des "wanted" j'ai tout fait, j'ai même porté une étoile à l'occasion
    vous l'avez compris pas de logis pour moi si ce n'est les grandes plaines de l'ouest américain ou j'ai fait la connaissance d'un gars de la cavalerie autour d'une table et d'un immigré italien au bout de mon canon entre autre.
    On s'est rencontrés par hazard et nos intérêts, bien que divergeant au départ, nous ont fait faire un bout de chemin ensemble, depuis on a bien compris que l'union fait la force(euh l'union rien à voir avec la guerre)
    Bref mes comparses et moi même vivons de toutes les tâches que l'on est prêt à nous confier pour le peu qu'on nous paie à la hauteur de la tache et surtout de nos talents de tireur la plupart du temps il faut bien le dire

    BUTCH HAMPTON LE REVEREND aka madbuck

    je me nomme James "Butch" Hampton, aka mon révérend

    alors commençons:

    "Pour voir le futur, il faut regarder derrière" (livre d'Isaïe)

    comme de nombreux comptariotes je ne connais pas ma date de naissance, mon âge est donc approximatif selon le dernier médecin qui m'a regarde les râtiches comme un vulgaire canasson. (c'était il y a 10 ans j'en conclus donc que je dois avoisiner les 25/27ans)

    "Ce qui est tordu ne peut être droit, ce qui manque ne peut être compté" (ecclésiastique)

    J'ai passé mon enfance sous le regard d'un prêtre évangéliste itinérant, Charles James Hampton qui avait déjà procréé de nombreuse fois avec sa chère et tendre martha. Il m'ont recueilli à l'issu d'un prêche donné à Deadwood. je serai le fils illégitime d'un riche bourgeois et d'une fille de petite vertue, morte de la syphilis peu de temps après ma naissace . Je suppose aussi que mon géniteur originel a subit la même colère divine. Mes parents adoptif on vu en moi un miracle de dieu, puisque je n'ai pas contracté la maladie de ma mère. Je ne suis qu'une pièce rajoutée sur le long pénible et pèlerinage de mon tuteur et de ma tutrice, mais j'ai reçu l'affection d'un père et d'une mère aimante. Las de leurs Voyages entre les états pour précher la bonne parole, mes parents adoptifs se sont arrêtés pour fonder leur paroisse, nommée la "vielle poutre" en référence à la vielle église que nous retapons en famille. la ville minière de Solid gluch accueille donc notre famille. (ARIZONA)

    Notre petite vie s'apaise, mon père tente d’amener les brebis égarées vers sa paroisse, oubliant lui aussi qu'il se perd dans le jeu...
    La vie est ainsi faite que le révérend Hampton voulant me confier les clefs de la paroisse, m'envoie faire ma théologie, dans l'est pendant 2 ans, espérant que je puisse suivre ses pas. Il s'en passe des choses en 2 ans et revenir par le train pour découvrir les tombes de sa famille, vous ruinent une vie...

    Pour tous ceux qui vivent il y a de l'espérance ; et même un chien vivant vaut mieux qu'un lion mort (écclésiastique)

    alors oui j'ai succombé à la vile vengeance et à la volonté du malin, mais je n'en reste pas moins une simple créature du seigneur.
    Des années de pratique au fusil et du tir au revolver pour se nourrir sur la route, c'est çà la plus belle leçon de vie de mon tuteur...



    Mon père a voulu s'attaquer à eux pour mettre à jour toutes ses magnigances. Dieu guidait ses pas. Bien mal lui en a pris... Il est retrouvé mort au petit matin dans l’abreuvoir des chevaux devant le saloon, poignardé en plein coeur. Pour se couvrir mutuellement, les frères bren accuse un orpailleur, Harry stevensen, émigré suédois ne parlant pas bien la langue, en témoignant qu'il n'avait pas supporté que mon père le plume au poker.

    Je n'aurais pas le temps de vérifier les dire de Stevensen, Il a été jugé en place publique par le juge du conté et pendu haut et court immédiatement après le verdict à la sortie de la ville.

    Quant à au restant de la famille... Les accidents se suivent et ne se ressemblent pas... Mes 3 frères sont morts à la mine à cause d'une charge de dynamite mal armée, ma soeur se fait enlever en pleine nuit (un trappeur la retrouvera 1 semaine après dans les collines, nue les mains attachées dans le dos, devenant une charogne et attirant les renards cendrés. Ma mère meurt d'une crise d’apoplexie en apprenant la nouvelle...

    En quelques mois je perds l'ensemble de ma famille. En arrivant en ville et en traversant l'artère principale je suis regardé par toute la population comme une bête curieuse. A denver, N'ayant plus d'échange par courrier ou télégramme depuis quelques temps je m'étais inquiété et avait décidé de mettre fin à mon 4ème semestre de théologie. En ouvrant la porte de l'église, il y avait un jeune révérend comme moi qui rangeait après l'office. C'etait le remplaçant de mon père. "mon fils je redoutais un peu ce moment mais il va falloir que je t'explique..."

    Je découvre que la ville est dirigée depuis mon départ par les frères BREN. jack, le plus âgé est évidement le maire de la ville, élu à grand coup de pot de vin et avec l'aide de ses frangins, il est contremaître en chef à la mine et dans les papiers du directeur. Le second phileas, tient le general store et vend le matériel au mineur; le 3ème est Clitus, il est patron du saloon. Bref on peut parler de Bren city en lieu est place de Solid gluch, petit ville minière.


    J'ai éclaté en sanglot devant les tombes alignées de ma famille. Je crois peu aux coïncidences. Je demande au révérend déjà présent de m'accueillir et de l'aider à célébrer le prochaine office en prétextant que je dois parfaire mon éducation. Celà me laissera 1 semaine pour connaitre la vérité.

    Les yeux rivés devant une bible et un canon sur le front, les langues se délient très facilement. De nuit je parcours la ville masqué vêtu d'un cache poussière noir. Je pénétre chez dans la chambre de clitus au premier étage du saloon. Il est en fâcheuse position avec une de ses entraineuses. Il n'a pas le temps de finir sa fornication qu'il reçoit un coup de crosse. J'empêche la catin d'appeler à l'aide, la baillone et l'enferme dans l'armoire de la chambre. Clitus, attaché à sa chaise, est reveillé par le cliquetis de mon colt et le canon de mon arme sous son menton.J'abaisse mon bandana, il est surpris de voir le fils du révérend Hampton capable d'un tel prodige de vengeance. Je lui demande de jurer sur la bible de me dire la vérité et que dieu serait indulgent s'il se repentait . Il se fait littéralement dessus et sanglote comme un enfant. Il avoue que tous les morts de ma famille sont signées de la main des BREN, àn part celle de ma mère. Je décide alors de mettre en scène la mort de Clitus.


    Fracture pour fracture, oeil pour oeil, dent pour dent. Tel le dommage que l'on inflige à un homme, tel celui que l'on subit.

    Je le poignarde et le laisse sur le lit. Je sors la fille de l'armoire et la frappe violement pour l'assommer. Je la laisse a coté de son patron le couteau sanglant dans les mains que j'ai, au préalable détachées. Tout l'accusera à son reveil...

    Au petit matin, j'attends Jack et Phileas sur le pas de mon église, sachant qu'il va falloir prier pour le salut de l' âme de Clitus et demander l'indulgence de dieu pour l'âme de la fille avant sa pendaison. Très perturbés, ils me demandent d'organiser la messe d'enterrement de leur frère le lendemain. Elle sera précédée d'une veillée funèbre près du corps à partir de ce soir. Je demande l'autorisation au révérend de m'y rendre et d'effectuer les travaux d'onctions. "vas mon frère et fais ton devoir de saint homme, il te faut te confronter à la douleur pour comprendre les desseins de notre seigneur, réconforte ton prochain"

    Voilà ma chance.

    A la nuit tombée, vêtu de ma sainte tenue et de ma bible, je me rend à la demeure familiale des BREN à l'extérieur de la ville. Les 2 frères sont réunis dans la demeure avec deux de leurs compagnons de mauvaise fortune. j'apporte une bouteille de kentucky que j'ai préalablement coupé de poudre de pavot qui pousse derrière l'église. Je m'abstient de boire en prétextant que ce n'est pas l'habitude d'un homme d'église mais que le seigneur me pardonnera de boire dans ma sainte flasque personnelle. Les hommes s'esclaffent en jurant n'avoir jamais vu un prêtre aussi tordu que moi. Une fois le contenu de la bouteille vidé, un sommeil lourd et comateux gagne les 4 hommes avec quelques minutes de digestion et mes paroles sur le très haut. ils s'écroulent sur la table. J'enduis alors les poutres et le sol de tout matéreil inflammable se trouvant dans la maison et la grange voisine. Pois, térébenthine, pétrole de lampe. La combustion mettra un peu de temps de temps à démarrer mais une fois lancée, elle sera impossible à arrêter. Je lance l'incendie en fracassant une lampe allumée sur le sol de la salle à manger.

    Je sors alors qu'une fumée épaisse et noire envahit la salle et attend patiemment à une trentaine de mètres du porche que les premières lueurs de l'incendie apparaissent. Les fenètres volent en éclat sous l'effet de la chaleur laissant s'en allait l'épaisse fumée grasse et noire. Les premières flammes lèche le fronton, je commence alors à reciter ma bible à la main, le quantique suivant:



    — « Sa maison est le chemin de l'enfer [la tombe], qui pénètre jusque dans la profondeur de la mort ». Prov. 7: 27

    L'Eternel est mon berger: je ne manquerai de rien.
    Il me fait prendre du repos dans des pâturages bien verts, il me dirige près d'une eau paisible.
    Il me redonne des forces, il me conduit dans les sentiers de la justice à cause de son nom.
    Même quand je marche dans la sombre vallée de la mort, je ne redoute aucun mal car tu es avec moi. Ta conduite et ton appui: voilà ce qui me réconforte.
    Tu dresses une table devant moi, en face de mes adversaires; tu verses de l'huile sur ma tête et tu fais déborder ma coupe.
    Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront tous les jours de ma vie et je reviendrai dans la maison de l'Eternel jusqu'à la fin de mes jours.

    david 23.1

    J'ai a peine finit de réciter et refermer mon livre qu'un cri d'effroi déchire le bruits de l'incendie. Une silhouette sort en flammes et court vers moi. J'arme mon colt et l'achève d'un tir en pleine tête. Il finit sa course en roulant au sol à quelques mètres de mes bottes. Il me semble que c'est jack...


    Je débute donc ma carrière de tueur en prêchant. Je quitte solid gluch après les enterrements des BREN. J'ère dans les villes où la lumière divine n'éclaire plus rien et réconforte les malheureux qui subissent le joug du malin. Je ne reste jamais longtemps dans les villes, juste le temps de régler des comptes sur demande. Je reprends donc en couverture le travail de mon père en itinérance mais croise vite le chemin de compagnons.

    Aux abords de la ville grey valley, remontant le chemin vers la ville je suis témoin d'une épreuve de force assez "percutente". Un homme armé d'un coach gun et habillé d'un pardessus clair chasse la grouse et fait deux doublés coup sur coup avec ses deux cartouches! Je suis impressionné et commençant à avoir faim, je lui demande si je peux me joindre à lui dans sa partie de chasse tout en le félicitant de son adresse. Je le motive en lui expliquant que le partage sera fait et qu'a deux fusils nous pourront peut être trouvé plus gros et donc plus facile à monnayer si nous ne pouvons pas le manger. l'homme interloqué hésite mais accepte quand je lui montre ma bible et lui dit que le seigneur quide mon tir... Nous passons 3 heures à la lisières de bois et de la plaines, chassant tour a tour lièvre, pigeons et grouses, agrémentant ainsi nos gibecières de coups "fumants". Le plus beau coup sera un sanglier mâle de 260 livres que nous devons poursuivre à cheval. Nous tirons ensemble un dernier coup de fusil. il est impossible de savoir qui a tué la bête. Il m'explique, pendant que nous dépeçons le sanglier, qu'il campe en lisière de la ville avec quelques camarades. Je rencontre ses hommes, au coin du feu quand le soleil commence à se coucher. Je compte mon histoire à ses hommes qui m'inspirent confiance et qui semblent eux aussi s'être lancé sur la route pour des raisons fâcheuses. A leur tours ils me racontent les leurs. Les batailles de la guerre civile, en passant par des mal entendus et de généreuses coïncidences... Ainsi je rejoinds, kéké little fingers, l'homme sans nom et hédik le déserteur.

    Le lendemain vente de la moitié de la viande de sanglier et des quelques gibiers non mangers ainsi que celle des trophées nous rapportera 55 dollars. De quoi passer une bonne nuit au chaud dans le saloon de Grey valley et assuré notre soirée en boissons. Certains rechercheront même un peu de réconfort dans le bustier et entre les cuisses d'une partenaire.



    Nous poursuivons depuis notre route, unissons nos forces. Une troupe hétéroclite qui se complète parfaitement. Ancien militaire, orpailleurs, chasseurs...
    Ils me montrent que l'enseignement d'un révérend peut parfois aider à l'enrichissement personnel et que leur peut parfois être contre indiqué par la loi mais toujours professionnel! je ne porte plus l'habit de cérémonie mais on continue a voir en moi la sainte parole et le sobriquet de révérend est resté...


    Dernière édition par kekedj le Mer 17 Aoû - 9:58, édité 3 fois


    _________________


    avatar
    tal

    Nombre de messages : 4290
    Age : 36
    Localisation : HANNIBAL SQUADRON
    Date d'inscription : 12/12/2006

    Re: PRESENTATION

    Message  tal le Lun 25 Avr - 21:37

    moi je suis l'homme sans nom ^^

    Par contre je ferais un BG d'ici la fin de semaine.

    pour l'op de mai les paiements partent le 2 mai via paypal

    Biiiz

    Tal


    _________________





    avatar
    madbuck

    Nombre de messages : 48
    Date d'inscription : 13/12/2006

    Re: PRESENTATION

    Message  madbuck le Lun 15 Aoû - 16:33

    je me nomme James "Butch" Hampton, aka mon révérend

    alors commençons:

    "Pour voir le futur, il faut regarder derrière" (livre d'Isaïe)

    comme de nombreux comptariotes je ne connais pas ma date de naissance, mon âge est donc approximatif selon le dernier médecin qui m'a regarde les râtiches comme un vulgaire canasson. (c'était il y a 10 ans j'en conclus donc que je dois avoisiner les 25/27ans)

    "Ce qui est tordu ne peut être droit, ce qui manque ne peut être compté" (ecclésiastique)

    J'ai passé mon enfance sous le regard d'un prêtre évangéliste itinérant, Charles James Hampton qui avait déjà procréé de nombreuse fois avec sa chère et tendre martha. Il m'ont recueilli à l'issu d'un prêche donné à Deadwood. je serai le fils illégitime d'un riche bourgeois et d'une fille de petite vertue, morte de la syphilis peu de temps après ma naissace . Je suppose aussi que mon géniteur originel a subit la même colère divine. Mes parents adoptif on vu en moi un miracle de dieu, puisque je n'ai pas contracté la maladie de ma mère. Je ne suis qu'une pièce rajoutée sur le long pénible et pèlerinage de mon tuteur et de ma tutrice, mais j'ai reçu l'affection d'un père et d'une mère aimante. Las de leurs Voyages entre les états pour précher la bonne parole, mes parents adoptifs se sont arrêtés pour fonder leur paroisse, nommée la "vielle poutre" en référence à la vielle église que nous retapons en famille. la ville minière de Solid gluch accueille donc notre famille. (ARIZONA)

    Notre petite vie s'apaise, mon père tente d’amener les brebis égarées vers sa paroisse, oubliant lui aussi qu'il se perd dans le jeu...
    La vie est ainsi faite que le révérend Hampton voulant me confier les clefs de la paroisse, m'envoie faire ma théologie, dans l'est pendant 2 ans, espérant que je puisse suivre ses pas. Il s'en passe des choses en 2 ans et revenir par le train pour découvrir les tombes de sa famille, vous ruinent une vie...

    Pour tous ceux qui vivent il y a de l'espérance ; et même un chien vivant vaut mieux qu'un lion mort (écclésiastique)

    alors oui j'ai succombé à la vile vengeance et à la volonté du malin, mais je n'en reste pas moins une simple créature du seigneur.
    Des années de pratique au fusil et du tir au revolver pour se nourrir sur la route, c'est çà la plus belle leçon de vie de mon tuteur...



    Mon père a voulu s'attaquer à eux pour mettre à jour toutes ses magnigances. Dieu guidait ses pas. Bien mal lui en a pris... Il est retrouvé mort au petit matin dans l’abreuvoir des chevaux devant le saloon, poignardé en plein coeur. Pour se couvrir mutuellement, les frères bren accuse un orpailleur, Harry stevensen, émigré suédois ne parlant pas bien la langue, en témoignant qu'il n'avait pas supporté que mon père le plume au poker.

    Je n'aurais pas le temps de vérifier les dire de Stevensen, Il a été jugé en place publique par le juge du conté et pendu haut et court immédiatement après le verdict à la sortie de la ville.

    Quant à au restant de la famille... Les accidents se suivent et ne se ressemblent pas... Mes 3 frères sont morts à la mine à cause d'une charge de dynamite mal armée, ma soeur se fait enlever en pleine nuit (un trappeur la retrouvera 1 semaine après dans les collines, nue les mains attachées dans le dos, devenant une charogne et attirant les renards cendrés. Ma mère meurt d'une crise d’apoplexie en apprenant la nouvelle...

    En quelques mois je perds l'ensemble de ma famille. En arrivant en ville et en traversant l'artère principale je suis regardé par toute la population comme une bête curieuse. A denver, N'ayant plus d'échange par courrier ou télégramme depuis quelques temps je m'étais inquiété et avait décidé de mettre fin à mon 4ème semestre de théologie. En ouvrant la porte de l'église, il y avait un jeune révérend comme moi qui rangeait après l'office. C'etait le remplaçant de mon père. "mon fils je redoutais un peu ce moment mais il va falloir que je t'explique..."

    Je découvre que la ville est dirigée depuis mon départ par les frères BREN. jack, le plus âgé est évidement le maire de la ville, élu à grand coup de pot de vin et avec l'aide de ses frangins, il est contremaître en chef à la mine et dans les papiers du directeur. Le second phileas, tient le general store et vend le matériel au mineur; le 3ème est Clitus, il est patron du saloon. Bref on peut parler de Bren city en lieu est place de Solid gluch, petit ville minière.


    J'ai éclaté en sanglot devant les tombes alignées de ma famille. Je crois peu aux coïncidences. Je demande au révérend déjà présent de m'accueillir et de l'aider à célébrer le prochaine office en prétextant que je dois parfaire mon éducation. Celà me laissera 1 semaine pour connaitre la vérité.

    Les yeux rivés devant une bible et un canon sur le front, les langues se délient très facilement. De nuit je parcours la ville masqué vêtu d'un cache poussière noir. Je pénétre chez dans la chambre de clitus au premier étage du saloon. Il est en fâcheuse position avec une de ses entraineuses. Il n'a pas le temps de finir sa fornication qu'il reçoit un coup de crosse. J'empêche la catin d'appeler à l'aide, la baillone et l'enferme dans l'armoire de la chambre. Clitus, attaché à sa chaise, est reveillé par le cliquetis de mon colt et le canon de mon arme sous son menton.J'abaisse mon bandana, il est surpris de voir le fils du révérend Hampton capable d'un tel prodige de vengeance. Je lui demande de jurer sur la bible de me dire la vérité et que dieu serait indulgent s'il se repentait . Il se fait littéralement dessus et sanglote comme un enfant. Il avoue que tous les morts de ma famille sont signées de la main des BREN, àn part celle de ma mère. Je décide alors de mettre en scène la mort de Clitus.


    Fracture pour fracture, oeil pour oeil, dent pour dent. Tel le dommage que l'on inflige à un homme, tel celui que l'on subit.

    Je le poignarde et le laisse sur le lit. Je sors la fille de l'armoire et la frappe violement pour l'assommer. Je la laisse a coté de son patron le couteau sanglant dans les mains que j'ai, au préalable détachées. Tout l'accusera à son reveil...

    Au petit matin, j'attends Jack et Phileas sur le pas de mon église, sachant qu'il va falloir prier pour le salut de l' âme de Clitus et demander l'indulgence de dieu pour l'âme de la fille avant sa pendaison. Très perturbés, ils me demandent d'organiser la messe d'enterrement de leur frère le lendemain. Elle sera précédée d'une veillée funèbre près du corps à partir de ce soir. Je demande l'autorisation au révérend de m'y rendre et d'effectuer les travaux d'onctions. "vas mon frère et fais ton devoir de saint homme, il te faut te confronter à la douleur pour comprendre les desseins de notre seigneur, réconforte ton prochain"

    Voilà ma chance.

    A la nuit tombée, vêtu de ma sainte tenue et de ma bible, je me rend à la demeure familiale des BREN à l'extérieur de la ville. Les 2 frères sont réunis dans la demeure avec deux de leurs compagnons de mauvaise fortune. j'apporte une bouteille de kentucky que j'ai préalablement coupé de poudre de pavot qui pousse derrière l'église. Je m'abstient de boire en prétextant que ce n'est pas l'habitude d'un homme d'église mais que le seigneur me pardonnera de boire dans ma sainte flasque personnelle. Les hommes s'esclaffent en jurant n'avoir jamais vu un prêtre aussi tordu que moi. Une fois le contenu de la bouteille vidé, un sommeil lourd et comateux gagne les 4 hommes avec quelques minutes de digestion et mes paroles sur le très haut. ils s'écroulent sur la table. J'enduis alors les poutres et le sol de tout matéreil inflammable se trouvant dans la maison et la grange voisine. Pois, térébenthine, pétrole de lampe. La combustion mettra un peu de temps de temps à démarrer mais une fois lancée, elle sera impossible à arrêter. Je lance l'incendie en fracassant une lampe allumée sur le sol de la salle à manger.

    Je sors alors qu'une fumée épaisse et noire envahit la salle et attend patiemment à une trentaine de mètres du porche que les premières lueurs de l'incendie apparaissent. Les fenètres volent en éclat sous l'effet de la chaleur laissant s'en allait l'épaisse fumée grasse et noire. Les premières flammes lèche le fronton, je commence alors à reciter ma bible à la main, le quantique suivant:



    — « Sa maison est le chemin de l'enfer [la tombe], qui pénètre jusque dans la profondeur de la mort ». Prov. 7: 27

    L'Eternel est mon berger: je ne manquerai de rien.
    Il me fait prendre du repos dans des pâturages bien verts, il me dirige près d'une eau paisible.
    Il me redonne des forces, il me conduit dans les sentiers de la justice à cause de son nom.
    Même quand je marche dans la sombre vallée de la mort, je ne redoute aucun mal car tu es avec moi. Ta conduite et ton appui: voilà ce qui me réconforte.
    Tu dresses une table devant moi, en face de mes adversaires; tu verses de l'huile sur ma tête et tu fais déborder ma coupe.
    Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront tous les jours de ma vie et je reviendrai dans la maison de l'Eternel jusqu'à la fin de mes jours.


    david 23.1

    J'ai a peine finit de réciter et refermer mon livre qu'un cri d'effroi déchire le bruits de l'incendie. Une silhouette sort en flammes et court vers moi. J'arme mon colt et l'achève d'un tir en pleine tête. Il finit sa course en roulant au sol à quelques mètres de mes bottes. Il me semble que c'est jack...


    Je débute donc ma carrière de tueur en prêchant. Je quitte solid gluch après les enterrements des BREN. J'ère dans les villes où la lumière divine n'éclaire plus rien et réconforte les malheureux qui subissent le joug du malin. Je ne reste jamais longtemps dans les villes, juste le temps de régler des comptes sur demande. Je reprends donc en couverture le travail de mon père en itinérance mais croise vite le chemin de compagnons.

    Aux abords de la ville grey valley, remontant le chemin vers la ville je suis témoin d'une épreuve de force assez "percutente". Un homme armé d'un coach gun et habillé d'un pardessus clair chasse la grouse et fait deux doublés coup sur coup avec ses deux cartouches! Je suis impressionné et commençant à avoir faim, je lui demande si je peux me joindre à lui dans sa partie de chasse tout en le félicitant de son adresse. Je le motive en lui expliquant que le partage sera fait et qu'a deux fusils nous pourront peut être trouvé plus gros et donc plus facile à monnayer si nous ne pouvons pas le manger. l'homme interloqué hésite mais accepte quand je lui montre ma bible et lui dit que le seigneur quide mon tir... Nous passons 3 heures à la lisières de bois et de la plaines, chassant tour a tour lièvre, pigeons et grouses, agrémentant ainsi nos gibecières de coups "fumants". Le plus beau coup sera un sanglier mâle de 260 livres que nous devons poursuivre à cheval. Nous tirons ensemble un dernier coup de fusil. il est impossible de savoir qui a tué la bête. Il m'explique, pendant que nous dépeçons le sanglier, qu'il campe en lisière de la ville avec quelques camarades. Je rencontre ses hommes, au coin du feu quand le soleil commence à se coucher. Je compte mon histoire à ses hommes qui m'inspirent confiance et qui semblent eux aussi s'être lancé sur la route pour des raisons fâcheuses. A leur tours ils me racontent les leurs. Les batailles de la guerre civile, en passant par des mal entendus et de généreuses coïncidences... Ainsi je rejoinds, kéké little fingers, l'homme sans nom et hédik le déserteur.

    Le lendemain vente de la moitié de la viande de sanglier et des quelques gibiers non mangers ainsi que celle des trophées nous rapportera 55 dollars. De quoi passer une bonne nuit au chaud dans le saloon de Grey valley et assuré notre soirée en boissons. Certains rechercheront même un peu de réconfort dans le bustier et entre les cuisses d'une partenaire.



    Nous poursuivons depuis notre route, unissons nos forces. Une troupe hétéroclite qui se complète parfaitement. Ancien militaire, orpailleurs, chasseurs...
    Ils me montrent que l'enseignement d'un révérend peut parfois aider à l'enrichissement personnel et que leur peut parfois être contre indiqué par la loi mais toujours professionnel! je ne porte plus l'habit de cérémonie mais on continue a voir en moi la sainte parole et le sobriquet de révérend est resté...


















    Dernière édition par madbuck le Mar 16 Aoû - 17:16, édité 12 fois
    avatar
    kekedj

    Nombre de messages : 1981
    Age : 40
    Localisation : abbeville
    Date d'inscription : 11/12/2006

    Re: PRESENTATION

    Message  kekedj le Lun 15 Aoû - 18:20

    slt
    j ai centralisé sur le premier post et on fera les maj en allant
    MABUCHE tu devais officier dans la paroisse de la vieille poutre(mabuche poutre...)
    @+
    jerome


    _________________


    avatar
    tal

    Nombre de messages : 4290
    Age : 36
    Localisation : HANNIBAL SQUADRON
    Date d'inscription : 12/12/2006

    Re: PRESENTATION

    Message  tal le Lun 15 Aoû - 20:26

    Bienvenue mon Rêve errant ^^


    Tal


    _________________





    avatar
    madbuck

    Nombre de messages : 48
    Date d'inscription : 13/12/2006

    Re: PRESENTATION

    Message  madbuck le Mar 16 Aoû - 16:25


    ayé fini!!! j'ai même rajouté la vieille poutre!!!!
    avatar
    kekedj

    Nombre de messages : 1981
    Age : 40
    Localisation : abbeville
    Date d'inscription : 11/12/2006

    Re: PRESENTATION

    Message  kekedj le Mar 16 Aoû - 16:57

    Mode roman inside
    C est pas toi qui a ecrit l evangile selon la vieille poutre?


    _________________


    avatar
    madbuck

    Nombre de messages : 48
    Date d'inscription : 13/12/2006

    Re: PRESENTATION

    Message  madbuck le Mar 16 Aoû - 17:26

    kekedj a écrit:Mode roman inside
    C est pas toi qui a ecrit l evangile selon la vieille poutre?


    MECREAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAANT!!!!!!
    avatar
    tal

    Nombre de messages : 4290
    Age : 36
    Localisation : HANNIBAL SQUADRON
    Date d'inscription : 12/12/2006

    Re: PRESENTATION

    Message  tal le Mar 16 Aoû - 19:32

    bienvenue dans la bande mon père, tu enverras quelques mécréants au paradis des hommes sans têtes avec l'aide de ton colt ^^

    A bientot dans l'ouest, car j'ai péché


    Tal


    _________________






    Contenu sponsorisé

    Re: PRESENTATION

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 22 Nov - 12:10